Journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire 2019

16 octobre 2019, journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire : l’occasion de faire un point sur le sujet et sur l’action de la FoodTech dans ce domaine.

Pour commencer, quelques chiffres clefs :

  • Selon la FAO, 1/3 de la production alimentaire de la planète est gaspillée chaque année
  • 14% des produits sont perdus entre la récolte et la vente (rapport de l’agence mondiale pour l’alimentation des Nations Unies)
  • 16 milliards d’euros, c’est le coût que représenterait le gaspillage alimentaire en France chaque année (ADEME)
  • Les restaurants sont responsables de 14% du gaspillage alimentaire (FAO)

La lutte contre le gaspillage alimentaire a donc lieu d’être sur l’ensemble de la chaîne de valeur de l’alimentation, de la production jusqu’au consommateur, en passant par la transformation et la distribution.

Voici donc un panorama (non exhaustif) des initiatives de l’écosystème FoodTech pour lutter contre le gaspillage alimentaire, de la fourche à la fourchette :

 

PRODUCTION

Nous l’avons dit, 14% des produits sont perdus entre la récolte et la vente. Il s’agit principalement des fruits et légumes, les supermarchés (et certains consommateurs) laissant notamment peu de place aux fruits et légumes non calibrés ou imparfaits.

Tandis que certains supermarchés commencent à vendre ces produits non calibrés moins chers, des startups les utilisent également pour en faire des produits. Par exemple, Au Royaume des Dattes utilise des dattes non calibrées pour en faire du sirop ou encore du café (à partir des noyaux). Au Canada, la marque Barnana propose une gamme de produits à base de bananes « moches ».

En amont de la chaîne, les particuliers et petits producteurs ont également la possibilité d’utiliser la plateforme de don de surplus du jardin lepotiron.fr.

 

TRANSFORMATION

L’upcycling, ou revalorisation des déchets, est également présent au maillon transformation de la chaîne. Ici, deux exemples de startups revalorisant le même déchet : les drêches. Resurrection en fait des crackers, tandis que Ramen tes drêches en fait des nouilles.

 

DISTRIBUTION

Restauration (collective ou non), supermarchés, commerces, nombreux sont les établissements qui gaspillent. Ici encore, la FoodTech répond aux besoins de ces acteurs pour lutter contre le gaspillage.

En restauration collective, on peut par exemple citer quiditmiam qui utilise l’intelligence artificielle pour lutter contre le gaspillage alimentaire, ou meal canteen qui propose une application permettant de mieux anticiper les quantités qui seront consommées.

Plusieurs entreprises travaillent à la récupération des invendus, pour les associations ou les particuliers, auprès des supermarchés, restaurants, boulangeries… On peut citer sur ces différentes thématiques : Comerso, To Good To Go, Phenix, CB+, Optimiam ou encore The Food Life.

Care Eat a même créé un label anti-gaspillage et propose un accompagnement pour les commerçants.

Kolectou, quant à elle, récupère le pain invendu en boulangerie pour en faire des préparations à pâtisseries.

 

CONSOMMATION

Selon la FAO, chaque français jette entre 20 et 30kg de nourriture par an. Le consommateur doit donc être sensibilisé et aidé à limiter le gaspillage alimentaire. C’est grâce à des initiatives comme celles de Frigo Magic, Geev, Save Eat ou Partage ton Frigo que les consommateurs apprennent à cuisiner avec leurs restes ou encore à les donner à d’autres particuliers.

 

Il y a encore du chemin à parcourir, mais les initiatives positives fleurissent et les startups regorgent de créativité pour lutter contre le gaspillage alimentaire sur toute la chaîne !